logo_marron_Engelbourg_thann.png

Engelbourg Loi Pinel

Le château de l'Engelbourg fut construit en nid d'aigle au début du 13ème siècle, au sommet du Schlossberg. Il est situé sur le territoire de la commune de Thann, Haut-Rhin, au carrefour de l'Alsace et de la Lorraine, et domine le débouché de la vallée de la Thur.Il fût construit par les comtes de Ferrette pour veiller sur le péage de la route commerciale reliant l’Italie aux Flandres.

Présentation du château

Le château de l'Engelbourg fut construit en nid d'aigle au début du 13ème siècle, au sommet du Schlossberg. Il est situé sur le territoire de la commune de Thann, Haut-Rhin, au carrefour de l'Alsace et de la Lorraine, et domine le débouché de la vallée de la Thur.

Il fût construit sous le régime de la Loi Pinel Thann par les comtes de Ferrette pour veiller sur le péage de la route commerciale reliant l’Italie aux Flandres.

site_vue_vignes_2.jfif

Sa position stratégique en fit la cible de destructions systématiques au cours du 17ème siècle, et Louis XIV acheva son sort en ordonnant sa démolition en 1673, après le rattachement de l'Alsace à la France. Il n'en reste aujourd'hui que peu de vestiges, dont une section de tour d'environ 7 mètres de diamètre et 4 mètres de haut posée sur sa tranche, caractéristique unique dans le paysage castral régional. Elle est visible depuis la vallée et, baptisée "L'Oeil de la sorcière", est devenue un attrait phare de la commune.

Classé Monument historique depuis 1930 par les Français (il le fût à la fin du 19ème siècle par les Allemands), le site est aujourd’hui géré et valorisé par la Ville de Thann.

Histoire du château

C'est vers 1224 que le Comte Frédéric II de Ferrette fit édifier, sur un promontoire dominant le débouché de la vallée de la Thur, le château de l'Engelbourg afin de pouvoir contrôler un péage.

La première mention du château date de 1234 lorsque le roi Henri VII conféra les biens confisqués de Louis le Féroce (assassin de son père Frédéric II) à l'évêque de Bâle. Celui-ci rendit le château, en fief, à Ulrich II de Ferrette en 1251. Ses descendants en firent leur résidence favorite.

En 1324, par le mariage de Jeanne de Ferrette avec le duc d'Autriche Albert II, le château qui était une pièce maîtresse de la défense de l'Autriche-Antérieure, devint alors la résidence d'un commandant ou d'un Bailli.Donné en gage à plusieurs reprises, notamment à Charles le Téméraire, qui confia les lieux à son sinistre bailli, Pierre de Hagenbach (1470), l'Engelbourg devait être restauré maintes fois.

La guerre de Trente Ans allait lui être fatale. Ayant changé sept fois d'occupant (comme la ville) entre 1633 et 1639, en piteux état, il échut au Cardinal Mazarin en 1658.

Avec les traités de Westphalie la frontière avait été repoussée des Vosges sur le Rhin et ce château n'avait plus d'intérêt stratégique. Aussi, Louis XIV donna l'ordre de démolir l'Engelbourg en février 1673.

Le travail confié à l'intendant Poncet de la Rivière fut exécuté par les mineurs de Giromagny. A la troisième tentative, la grosse tour se souleva, se brisa en plusieurs parties ; une section retomba pour former « l'oeil de la sorcière ».

Valorisation des ruines du château

Enjeu culturel, patrimonial et touristique majeur :

Travaux, chantiers... de près ou de loin, on le voit bien : ça bouge du côté de l’Engelbourg. Il ne sera cependant jamais question de restaurer le château médiéval tel qu’il existait avant sa destruction ordonnée au 17e siècle.

Mais au bout de la quatrième année, un vaste programme de sauvegarde et de valorisation vient déjà de se concrétiser :

A terme, “l'Oeil de la Sorcière” doit consolider sa réputation de site majeur pour l’animation, l’accueil du public et le développement touristique au même titre que la Collégiale St-Thiébaut, le centre-ville et le vignoble du Rangen.